Vous êtes ici

Jardinage

21 MétiersJardinage

Les entreprises de petits travaux de jardinages d’intervenants polyvalents qui exercent, en grande autonomie, une activité de moyenne technicité aux domiciles des particuliers. La réglementation de cette activité est assez stricte, soucieuse de conserver le champ d’exercice des entreprises de paysage. Toutefois, de nombreuses entreprises de paysage ont créé une structure de service à la personne, pour répondre à la demande grandissante.

Une croissance forte …

Marché total référent

les entreprises de paysage

CA = 5Mds€.

Les entreprises agréées services à la personne

CA = 62,5M€

Soit 2.5% du marché référent

 

Les entreprises ont réalisé 5 000 embauches entre 2006 et 2008, bénéficiant d’une croissance plu importante que le reste du marché référent, qui a créé sur la même période au total 10 000 emplois.

(Source : Union Nationale des Entreprises de Paysage)

Pour le service « petits travaux de jardinage », le maximum de dépenses donnant droit à 50 % de réduction est de 3000 € par an et par foyer fiscal.

 

… malgré des freins importants

L’obligation pour les entreprises (en mode prestataire) de fournir aux intervenants le matériel (Circulaire du 15/05/2007 de l’ANSP/DGEFP/ DGAS).

Cette obligation est un frein au développement de ce secteur alors que les prestations sont des interventions simples et de courte durée justifiant la possibilité d’utiliser, soit le matériel du particulier qui est sur place (comme la tondeuse ou le petit matériel), soit celui de l’intervenant.

La fourniture du matériel par le prestataire doit être une option.

 •L’exclusion l’activité de conseil pour le jardinage du secteur SAP.

Pourtant, proposer du conseil pour le jardinage à domicile rentre naturellement dans l’activité SAP de jardinage de par l’obligation de conseil qui repose sur tout professionnel et de par l’obligation spécifique d’évaluation que toute société de SAP doit assurer à son client.

 •L’interdiction de vendre au particulier le petit matériel qui constitue pourtant un complément naturel de la prestation de service (surtout pour le public fragile).

 •L’absence de convention entre l’URSSAF et la MSA pour ouvrir la profession à l’auto-entreprenariat

Alors que le statut se prête bien à la saisonnalité de l’activité, et son ouverture aux jardiniers permettrait l’essor de cette activité de services à la personne peu connue.

 

Du personnel qualifié et diplômé

Les entreprises exerçant à titre principal cette activité applique la convention collective nationale du 10 oct 2008 des entreprises du paysage qui offre une protection adaptée aux spécificités du métier.

Du fait du caractère saisonnier de l’activité, il existe de nombreux contrats de travail à temps partiel qui peuvent être annualisés et modulés en fonction des variations de la demande des clients et des choix des salariés (bi ou multi activités).

Il existe de nombreuses formations préparatoires aux métiers de l’environnement et les intervenants sont majoritairement qualifiés et diplômés (du CAP jusqu’au BTS).

La clientèle étant en grande partie constituée de personnes dépendantes (personnes âgées ou dépendantes), l’entreprise et les salariés doivent être préparés à travailler avec ce type de public.

 

Une politique de qualité pour protéger les clients et les salariés

La qualité doit être privilégiée

Pour la protection des salariés

risque (travail en hauteur, travail avec des outils techniques, utilisation de produits phytosanitaires). Il est important que l’entreprise soit structurée de telle manière à limiter ces risques (recrutement et encadrement du personnel, organisation du travail, …).

Dans la prise en compte des besoins et attentes des particuliers

notion de service primordiale pour les particuliers dépendants (personnes âgées ou handicapées) ou absents (couple bi actifs), assurer éventuellement le lien avec la famille pour les personnes dépendantes, assurer la sécurité et le suivi des prestations.

En termes de protection de l’environnement : choix des produits et activité de conseil aux clients.