Vous êtes ici

Garde d'enfants

21 MétiersGarde d'enfants

Faire garder ses enfants : une demande croissante, bien supérieure à l’offre 84% des femmes de 25 à 49 ans sont actives 2.1 enfants par femme 4.3 millions d’enfants de moins de 6 ans L’offre de garde des entreprises : une solution complémentaire CA en croissance de 54% entre 2008 et 2009, soit 4000 emplois créés

La garde d’enfants à domicile : une solution de plus en plus nécessaire

 

La France se situe dans le peloton de tête des pays de l'OCDE en matière de dépenses pour la petite enfance, dans un contexte de forte natalité , de taux d’activité féminine record et d’atteinte du seuil de renouvellement.

L’enjeu actuel est de rendre la garde d’enfants à domicile accessible financièrement à tous, alors que l’accès à la garde d’enfants est segmentée, et d’instituer la mixité des modes de gardes pour répondre à une demande croissante

 

Une solution avantageuse pour les finances publiques et les familles

 Un coût pour les finances publiques réduit et compétitif:

une solution plus économique que le mode de garde collectif

- Coût constant quelque soit le nombre d’enfants gardés

- Pas de dépenses d’investissement mobilisés

- Flexibilité en fonction du cours des naissances

En 2008, le coût global de l’accueil de la petite enfance pour les finances publiques est de 13,6Mds€.

 

Concernant les familles bénéficiaires du complément libre choix du mode de garde (2,2Mds€), seuls 116M€ sont affectés à la garde via à un organisme prestataire.

Une solution plus adaptée pour pallier aux besoins générés par les évolutions sociétales :

- Départs massifs à la retraite des assistantes maternelles,

(20% d’entre elles ont 55 ans et plus)

- Diminution du nombre de classes en préélémentaire

-Coût des places en crèches pour la collectivité (DARES) :

15000€/an/enfant (hors foncier)

Pour une fratrie, le coût reste constant, tant pour la famille que pour l’Etat, ce qui permet d’adopter une solution flexible, qui va réellement dans le sens d’une politique nataliste


Vers un droit opposable à la garde d’enfants ?

Rétablir l’égalité des chances entre les familles en termes :

De parité concernant la carrière professionnelle,

De choix de mode de garde et de possibilité de recourir à plusieurs modes de garde complémentaires,

Du développement de l’enfant, en leur offrant un mode de garde épanouissant, respectueux de son développement, de l’hygiène et des normes de sécurité

Respectueux de son rythme, nécessaire à son bon développement

• Respectueux de son environnement, de sa santé, des valeurs familiales

• Respectueux de son individualité

De maillage territorial : la garde d’enfant collective ou chez une assistante maternelle a un taux de couverture inférieur à 50% du territoire, les zones urbaines étant privilégiées car en capacité d’avancer les investissements et les frais de fonctionnement nécessaires à la mise en place d’une crèche.

Les entreprises, par leur flexibilité, sont capables de répondre à la demande sur des zones rurales, notamment ceux des néo soucieux de leur environnement de vie, mais exigeants en termes de service.

 

Une solution avantageuse pour les finances publiques et les familles

 Un coût pour les finances publiques réduit et compétitif:

une solution plus économique que le mode de garde collectif

- Coût constant quelque soit le nombre d’enfants gardés

- Pas de dépenses d’investissement mobilisés

- Flexibilité en fonction du cours des naissances

En 2008, le coût global de l’accueil de la petite enfance pour les finances publiques est de 13,6Mds€.

Concernant les familles bénéficiaires du complément libre choix du mode de garde (2,2Mds€), seuls 116M€ sont affectés à la garde via à un organisme prestataire.

Une solution plus adaptée pour pallier aux besoins générés par les évolutions sociétales :

- Départs massifs à la retraite des assistantes maternelles, (20% d’entre elles ont 55 ans et plus)

- Diminution du nombre de classes en préélémentaire

-Coût des places en crèches pour la collectivité (DARES) :

15000€/an/enfant (hors foncier)

 

Pour une fratrie, le coût reste constant, tant pour la famille que pour l’Etat, ce qui permet d’adopter une solution flexible, qui va réellement dans le sens d’une politique nataliste

 

Un mode de garde fortement acteur dans la professionnalisation du Secteur

 La croissance des entreprises se fait principalement par absorption des parts de marché du « travail au noir », non qualifié.

 

Les entreprises de garde d’enfant aident à l’insertion professionnelle d’un public jeune et senior, peu ou pas diplômé. Elles offrent un parcours de formation pouvant permettre de travailler dans ce secteur, toutes structures confondues : particulier employeur, collectivités, entreprises, …

 

L’agrément qualité, obligatoire pour la garde d’enfant de moins de 3 ans, impose un cadre qualitatif que les entreprises dépassent en étant certifiées qualité QUALICERT, référentiel qualité le plus exigeant dans le

domaine SAP (ou engagées dans le processus de certification).

à Les familles sont ainsi suivies et accompagnées par des professionnels

Le frein principal au plein essor de ces métiers est le recrutement :

manque de personnel formé et qualifié, formations initiales spécialisées dans la garde à domicile peu développées.