Vous êtes ici

Toute l'actualité

Les participants à la soirée de la FESP "surmonter le handicap"Les participants à la soirée de la FESP "surmonter le handicap"

insertion dans l'emploi une soirée de la fesp pour surmonter le handicap

la Fesp sensibilise les employeurs à l'insertion dans l'emploi de personnes en situation de handicap. La soirée de projection du film "Good Vibrations" a illustré la capacité de surmonter les a priori.

La Fédération du service aux particuliers (FESP) a proposé à ses adhérents et partenaires, une soirée privée de projection du film "Good Vibrations", le 17 mai dernier au Studio Galande, à Paris, en présence de la productrice, Anne Schuchman. cette action inscrite dans le cadre du partenariatde la fédération avec l'Agefiph, a mobilisé des structures adhérentes de la Fesp, a mobilisé des structures adhérentes de la Fesp, ses partenaires, mais aussi des thérapeutes accompagnant des personnes en situation de handicap au quotidien. Etaient notamment présents, Sophie Gosselin représentant l'Agefiph, Rémi Mangin et Anne-Lise Brasseur au nom de la CNSA, ou encore Michel Hamousin, membre du comité de pilotage de suivi de la convention entre l'Agefiph et la Fesp.

Un autre regard sur le handicap

Réalisé par Lydia Erbibou, "Good Vibrations" illustre la possibilité de surmonter les conséquences d'un handicap par un groupe de collégiens sourds mais...s'initiant à la musique. Instructif autant qu'émouvant, le documentaire n'a laissé indifférent aucun des professionnels des services à domicile présents. A travers les oreilles non "entendantes" de ces adolescents et leur découverte de la musique, la réalisatrice pu faire ressentir un sens différent du silence et porter un autre régard sur le handicap de surdité, en dépassant "l'impossible" apparent. Plusieurs mois de tournage retracent le parcours de ces jeunes emmenés par une professeur particulièrement entrainante et volontaire. Avec pudeur mais sans masquer la réalité, sont ainsi évoquées leur incrédulité au démarrage de l'aventure, faisant peut-être écho à celle du spectateur, leur découverte sensorielle différente, l'acceptation de l'équipe de tournage et la naissance d'une très forte complicité entre eux, jusqu'à la réalisation d'un spectacle de comédie musicale. Comme la réalisatrice a pu le préciser au cours des échanges avec la salle, l'un des objectifs était de filmer "l'éclosion de la sensation" chez ces jeunes adolescents qui ont dépassé leur inhibition et jusqu'à leur propre regard sur eux-mêmes.

Professionalisme et volonté

Après la projection, Anne Schuchman est revenue sur les réalités concrètes ayant présidé à la naissance du projet mais également sur les enjeux du tournage tels que faire accepter une caméra, donner une dynamique aux adolescents et les accompagner en respectant et s'adaptant aux individualités de chacun, quel que soit son mode de communication avec l'extérieur (oralisation, langage des signes, jeunes appareillés ou non). Une immersion dans l'univers de ces jeunes en situation de handicap, dans le respect de leur intimité, qui, à l'unananimité des professionnels présents lors cette soirée, a permis de montrer que le professionalisme et la volonté peuvent permettre de surmonter la situation de handicap. Le parcours de ces jeune, filmé en tenant compte de chacun, de sa situation particulière au regard de son handicap n'était pas sans introduire un angle de réflexion avec les métiers de services à domicile, où la situation de chacun et l'adaptation à la personne demeurent une priorité pour les professionnels. A l'issue de la projection, les invités ont poursuivis les échanges autour d'un cocktail convivial, partageant leurs expériences et la richesse de ces métiers. 

Retourner aux articles