Vous êtes ici

Toute l'actualité

Présidentielle 2017 Services à la personne : les Français attendent plus des candidats!

Plus de huit personnes interrogées par l'IFOP sur dix déclarent que les services à la personne sont insuffisamment abordés dans les programmes et les prises de parole des candidats à l'élection présidentielle. Un constat aggravé par rapport à 2012. Il est encore temps pour chacun d'entre eux de prendre la mesure de l'importance de ces métiers pour les Français.

Réalisée par l'IFOP à la demande de la Fédération du service aux particuliers (FESP), auprès d'un panel représentatif de 1600 Français, l'enquête sur la place des services à la personne dans la campagne présidentielle montre le décalage entre les enjeux de vie quotidienne que ces métiers portent auprès des ménages et la place que leur accordent les candidats dans leurs propositions et leurs prises de parole.

Les Français partagent massivement le constat selon lequel les services à la personne ne sont pas un sujet suffisamment abordé par l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle (82 %), un constat partagé de manière homogène quel que soit le candidat soutenu. Comparativement aux réponses obtenues lors de l'enquête IFOP/FESP réalisée juste avant l’élection de 2012, ce jugement se révèle largement renforcé,  enregistrant en effet une progression de 12 points.

Parmi les autres sujets soumis à leurs jugements, ce sont les services à la personne qui sont considérés comme les moins suffisamment abordés dans le cadre de cette campagne, devant la sauvegarde du secteur industriel (73 %, +15 points par rapport à 2012), la protection de l’environnement (70 %, +14 points) et la lutte contre le chômage (6 %, +2 points). Pour tous ces sujets, les Français se révèlent donc particulièrement critiques à l’égard de leur traitement dans la campagne électorale actuelle.

Un jugement très positif sur le secteur

Invités à caractériser le secteur des services à la personne, les Français y associent très majoritairement des jugements positifs. Une très forte majorité des Français interrogés reconnaissent à la fois l’importance des services à la personne pour faciliter leur vie quotidienne (89 % partagent ce point de vue), et également leur poids dans l’économie du pays. Ainsi, 86 % des Français considèrent qu’il s’agit d’un secteur créateur de nombreux emplois, 84 % que c’est un moteur essentiel du développement économique futur et pour plus de sept sur dix qu’il permet de lutter contre le travail au noir (71 %).

L'augmentation en cinq ans de cinq à dix points selon les items de l'importance que les Français accordent à ces métiers est la marque des efforts engagés par les entreprises du secteur en matière d'investissements, d'innovation et de professionnalisation. La montée en gamme des services et l'amélioration constante de leur qualité portent leurs fruits. Ainsi, au-delà de l’apport de ce secteur pour l’économie française et pour les familles, plus de huit Français sur dix reconnaissent la qualité des prestations offertes dans ce secteur aux particuliers qui y ont recours (81 %).

La subrogation : un dispositif attendu par une majorité de Français

L’impact du système de la « subrogation » proposé aux candidats à la Présidentielle par la FESP et l'ADMR, est majoritairement perçu comme positif, que ce soit dans les foyers pour le pouvoir d’achat des Français (65 %) et leurs finances (60 %) ou encore à l’échelle de l’économie française via la création d’emplois qu’il induit (62 %). C’est donc un large soutien de la part des personnes interrogées qui est exprimé, qui est plus affirmé au sein des personnes âgées de 50 ans et plus.

Cependant, si les avis contraires sont nettement minoritaires (entre 11 % et 12 % de citations), il convient de relever qu’environ un quart des répondants ne parvient pas à se positionner sur cette question, traduisant probablement en partie une certaine méconnaissance de ce système.

Retourner aux articles