Vous êtes ici

Toute l'actualité

O. Peraldi (DG FESP), K. Awad (Les Nouvelles Crèches) et Ch. Durieux (People & Baby).O. Peraldi (DG FESP), K. Awad (Les Nouvelles Crèches) et Ch. Durieux (People & Baby).

Petite enfance Point d'étape à la CNAF avec les crèches adhérentes de la Fesp

A côté des crèches traditionnelles et de la garde à domicile, les micro-crèches complètent utilement l'offre de solutions de garde de leur jeune enfant pour les parents. A la demande de ses adhérents, la FESP s'est rapprochée de la Cnaf pour faire le point sur les freins au développement des différents types d'établissements d'accueil.

Des crèches et micro-crèches se rapprochent des autres professionnels du service aux parents et aux familles en adhérant depuis plusieurs mois à la Fédération du service aux particuliers (FESP). Cette complémentarité dans la représentativité de la fédération l'invite à développer des pistes de travail avec les interlocuteurs publics des structures d'accueil et de garde du jeune enfant, dont la Cnaf.

Dans cet esprit, une délégation de la fédération composée de Christophe Durieux, président du groupe People & Baby, et président de la commission "accueil collectif" de la fédération, Karim Awad, président de la société Les Nouvelles Crèches, et d'Olivier Peraldi, directeur général de la FESP, a été reçue le 19 avril 2017, au siège de la Caisse nationale d'allocation familiale (Cnaf), à Paris, pour un point d'étape sur les difficultés rencontrées par les professionnels pour développer leur activité. L'initiative s'inscrit également en amont de l'ouverture à la rentrée prochaine des négociations entre l'Etat et la Cnaf sur la convention d'objectifs et de gestion (COG) 2017-2022.

Harmoniser les pratiques des partenaires publics

Soulignant l'apport aux familles que constitue une offre qualitative et diversifiée de solutions de garde pour les enfants de moins de trois ans, la FESP a présenté les enjeux d'équilibre économique et de relations avec les interlocuteurs publics dans la réussite de tout projet de création de crèche et micro-crèche. Ces deux points essentiels ont fait l'objet d'échange approfondis, avec pour la fédération le souhait de porter des efforts sur une plus grande information concernant les réalités économiques, mais aussi qualitatives inhérentes à tout projets d'installation.

Une plus grande homogénéité des exigences des CAF sur l'ensemble du territoire, ainsi que des services de Prévention infantile et maternelle (PMI) des conseils départementaux, serait un gage d'efficience financière pour les professionnels comme pour leur partenaires publics. La fédération s'est également montrée ouverte à une réflexion susceptible d'éviter les éventuels effets de « frottement » concurrentiel entre établissements - publics, associatifs ou privés -, déjà installés sur un périmètre et certains projets de créations de crèches ou de micro-crèches.

Suite à cette réunion de travail, un prochain point d'étape permettra dans quelques mois d'évaluer les progrès réalisés.

Retourner aux articles