Vous êtes ici

Toute l'actualité

Les parents ont répondu sur leur vécu de la garde et de l'accueil de leur jeune enfant.Les parents ont répondu sur leur vécu de la garde et de l'accueil de leur jeune enfant.

Petite enfance Plus de 1200 familles répondent sur les modes de garde et d'accueil

Dans la cadre d'un partenariat avec le ministère, la Fesp a consulté les parents sur leurs pratiques des modes de garde et d’accueil de leurs jeunes enfants. 60 % des parents recourent à plusieurs modes simultanément. «Sécurité» et «garantie de compétence» font la différence avec le travail au noir.

Une étude de la Fédération du service aux particuliers (Fesp) soutenue par la Direction générale des entreprises (DGE-Mission des services à la personne) du ministère de l’Economie et des Finances, est publiée aujourd’hui. Menée auprès de parents d’enfants de moins de trois ans, elle éclaire leur vécu ainsi que leurs attentes en matière de services de garde ou d’accueil de leurs jeunes enfants.

Plus de 1 200 familles, représentatives de la diversité des situations familiales et sociales, et réparties sur l’ensemble du territoire national, ont répondu au questionnaire de la Fesp sur leur expérience en matière de prise en charge de leurs enfants. La consultation porte sur tous les modes de services proposés aux parents, dont plus de 6 sur 10 indiquent avoir recours à plusieurs types de services simultanément. Par exemple, plus d’une famille parentale sur deux (51 %) utilise simultanément une garde au domicile parentale associée à une place en crèche ou après l’école.

La flexibilité entre les solutions proposées aux parents

Sans surprise, quel que soit le mode de garde ou d’accueil utilisé, la « compétence » du professionnel la première attente des parents (82 %) loin devant le sens de « l’écoute » (13 %) et « l’adaptabilité » (12 %). A l’égard des structures de garde ou d’accueil, les écarts entre les attentes des parents sont plus resserrés. La première qualité attendue est la « souplesse » face aux aléas des besoins (36,26 %), avant la « réactivité » (33,02 %), la « proximité » arrivant en troisième position (23,22 %).

Enfin, la possibilité d’avoir recours à plusieurs modes de garde et d’accueil est qualifiée d’« indispensable » par la grande majorité des parents (67,14 %) pour s’organiser face aux obligations du travail, seulement 6 % l’estimant « peu importante ». 54 % indiquent avoir dû réduire leur temps de travail ou renoncer à travailler faute d’accès à des solutions de service.

Retourner aux articles